[ad_1]

Faut-il une assurance spéciale contre les litiges au quotidien? Dans quelle mesure les garanties sont-elles fournies? à quelles situations conviennent-ils? Nos conseils avant de vous inscrire.

La protection juridique permet aux personnes ayant des différends dans leur vie privée d’avoir accès à l’aide juridique et à leurs besoins juridiques. La garantie ne couvre donc pas l’indemnisation des dommages subis, mais la mise à disposition des moyens d’autosuffisance en cas d’agression contre vous ou contre un tiers qui ne souhaite rien entendre. Ce produit, qui appartient déjà au cinquième ménage, croît à un rythme annuel d’environ 8% (en nombre de contrats). La complexité croissante du droit, la lenteur du procès et les coûts parfois dissuasifs justifient une telle assurance. En outre, le recours à l’aide juridictionnelle, par lequel l’État paie les frais du défendeur en totalité ou en partie, est considérablement réduit. Le plafond des ressources est si bas que peu de personnes sont éligibles. Le fait que l’opération pratique consistant à fournir une protection juridique est difficile à comprendre à l’avance. Même si son principe est intéressant et rentable – quelques dizaines d’euros par an – vous pouvez vous émerveiller de l’opportunité d’un abonnement et du choix du type de contrat. L’étendue des garanties et les prix varient considérablement.

Mon assurance habitation « protection contre remboursement » est-elle suffisante pour me protéger des conflits quotidiens?

Cette garantie vous protège dans certaines situations, mais pas dans toutes. L’assurance habitation intervient, par exemple, en cas d’incendie dans votre logement et de détérioration de votre logement voisin, ou, plus généralement, de votre bien ou de vous-même ou des personnes couvertes par le contrat (conjoint, enfant) dans l’exercice de leurs fonctions … ) causer des dommages à un tiers. Il en va de même si vous êtes responsable d’un accident de voiture: votre compagnie d’assurance automobile vous protégera devant les tribunaux civils ou pénaux. Si, en revanche, vous êtes victime d’un préjudice corporel ou corporel résultant d’un événement garanti (par exemple, des dommages ou des brûlures qui ont provoqué un incendie qui s’est produit cette fois dans le voisinage de votre voisin), l’assureur aura droit à avec frais de justice. Mais si, par exemple, un litige survient avec votre voisin ou propriétaire de garage, votre compagnie d’assurance habitation ou automobile n’interviendra pas, car ces contrats ne sont pas couverts par les événements, alors que l’assurance protection peut légalement.

Selon mon assureur, mon contrat automobile comprend une véritable garantie de protection juridique. Possible?

De nombreux assureurs incluent en effet une telle assurance en assurance auto ou habitation, mais avec des garanties limitées. Par exemple, la protection juridique dans un contrat d’assurance automobile ne couvre que les litiges liés à la vente ou à l’entretien du véhicule assuré. L’assurance habitation ne couvre que les conflits périphériques de la propriété, c’est-à-dire les conflits que vous pourriez rencontrer avec votre voisin ou surtout dans la copropriété. La seule exception que nous avons trouvée dans notre enquête, l’assurance habitation la plus chère de Maif (formule Serenity), couvre, entre autres, les travaux immobiliers, la fiscalité individuelle, certains biens immobiliers et les dons. , ou même
protection des mineurs et des adultes sans défense. De plus, les services de protection juridique associés à chaque carte de crédit (voir Entreprise individuelle 978, p. 22) sont également limités aux litiges ou conseils avant honoraires d’avocat. ou liaison criminelle à l’étranger. Cependant, en cas de litige, assurez-vous toujours de vérifier qu’aucun des contrats ne garantit que vous pouvez jouer, même pour de simples conseils.

Quel type de contrat est requis pour obtenir une protection juridique digne de ce nom?

Certains assureurs offrent une gamme de protection juridique plus large que les options ci-dessus en tant qu’options payantes. Groupama propose donc un contrat d’aide à l’utilisation, en complément d’une assurance habitation ou automobile pour 30 euros par an, qui couvre non seulement les litiges relatifs à la périphérie du bien assuré, mais également les litiges de consommation courante. Chez AGF, deux formules se retrouvent en marge du contrat de logement: une (15 euros par an) se limite aux litiges sur la qualité d’occupation des logements assurés (perturbation du quartier, litige immobilier) mobilier ou équipements de décoration intérieure; l’autre (35 €) est également destiné à couvrir les litiges entre vous et la sécurité sociale (sécurité sociale, caisse de pension, etc.) ou votre employeur. Cependant, nous pensons qu’il vaut mieux éviter ces formules trop limitées et opter pour un contrat spécifique. Des garanties plus complètes de 50 à 160 EUR par an sont disponibles, ce qui est justifié car personne ne peut prédire le type de litige auquel il sera confronté. Cependant, la portée du contrat n’est pas toujours facile à évaluer. Beaucoup énumèrent les domaines et types de litiges garantis, ce qui est rassurant car l’étendue de la garantie est connue dès le départ. Mais ce qui n’est pas mentionné en noir et blanc n’est pas couvert. À l’inverse, certains, comme Confiance (Protexia), désignent le seul litige ou domaine de droit qui n’est pas garanti et qui, a priori, apparaît plus avantageux pour l’assuré avec la formule « tout sauf ».

Quels types de litiges sont généralement couverts?

Les contrats vendus entre 50 et 70 euros par an couvrent: les litiges concernant l’achat de biens ou de services (mobilier, véhicules, loisirs, etc.); celles dont vous êtes propriétaire ou locataire de la résidence mais pas toujours la résidence secondaire (quartier, copropriété, expropriation, entretien ou rénovation); les conflits du travail individuels et ceux qui sont exposés en tant qu’employeur du ménage; et enfin, les conflits qui confrontent une organisation sociale. De temps en temps, certains contrats vont plus loin: l’héritage de Serenice (DAS) et Judicio (assistance juridique); 8 G Family Protection (Axa Legal Protection) couvre l’indemnisation des dommages corporels causés par une attaque ou un accident imputables à un tiers, et le contrat MMA implique de graves infractions routières (pas seulement des amendes forfaitaires). D’autres domaines ne sont couverts que par des contrats haut de gamme, deux à trois fois plus chers (environ 120-190 €): problèmes familiaux (divorce, descendance, adoption, recherche de paternité, entretien, etc.), construction de logements et certaines poursuites fiscales (impôts locaux, l’impôt sur la fortune et les revenus de l’emploi salarié). Les litiges entre propriétaires et propriétaires ne sont couverts que comme option payante (environ 70 EUR par logement et par an), à l’exception de Juriconfort (European Law Enforcement, EPJ) des contrats examinés. Cela comprend cette garantie, quel que soit le nombre d’appartements locatifs, à condition que les revenus locatifs n’excèdent pas 27 450 EUR par an. Mais cela coûte 192 euros par an. Enfin, certains litiges, notamment ceux impliquant la fonction de syndicat volontaire, les litiges en tant que membre d’une société civile ou commerciale, ou en tant qu’actionnaire du capital ou des titres d’une société, ne sont jamais couverts. et les litiges liés aux droits de propriété intellectuelle ou industrielle (droits d’auteur, brevets, etc.).

Existe-t-il d’autres exclusions de garantie systématiques?

Oui. Quel que soit le domaine concerné, tout litige dont vous aviez connaissance avant de signer l’accord de protection juridique est exclu. Par exemple, si vous vous assurez que vous venez de recevoir votre lettre de licenciement, l’assurance ne s’appliquera pas à ce litige. Cependant, cette idée d’une histoire de conflit est difficile à estimer, d’autant plus que les assureurs la justifient au cas par cas. Le différend caché avec le voisin, qui a donné lieu à un échange de lettres pendant plusieurs années, ne peut donc pas être réglé car il a été conclu avant la signature du contrat. En revanche, une demande de paternité (dans le cas de contrats couvrant la présente affaire), déposée après la signature du contrat, peut être présentée même si l’enfant est né prématurément. De plus, à l’exception du Full Rights Agreement (Pacifica), tous les contrats incluent une période de statu quo post-abonnement, à l’exclusion des litiges survenus pendant cette période. Cette période dépend des contrats mais aussi des garanties. Par exemple, il y a 3 mois pour les litiges survenant après l’avis d’ajustement fiscal de BNP Protection Juridique, et 24 mois pour les divorces avec Juriconfort (EPJ), Trust C (Protexia) ou Juri. -Quiétude (protection juridique Axa) par exemple. En revanche, l’assureur ne peut refuser d’intervenir dans le litige sous prétexte qu’il vous aurait fallu trop de temps pour le dénoncer, sauf pour prouver que le retard lui a causé un dommage (Code des L. 113-2) Assurance article).

Comment l’assureur gère-t-il le règlement du litige?

Très sympathique. Selon les entreprises, 60 à 75% des litiges qui leur sont signalés sont ainsi réglés. Parfois, informer les assurés de leurs droits (comme le fait Allô Conseil Discovery pour les abonnés privés non abonnés) peut résoudre des conflits très rapidement. Si ce n’est pas le cas, un avocat organisera une défense avec vous, par exemple, pour vous aider à rédiger une lettre de plainte. Si cette phase pacifique ne débouche pas sur un accord, une action en justice est prévue. Mais avec des restrictions, sauf si vous êtes attaqué. Premièrement, de nombreux contrats excluent les recours dans les litiges où la participation est inférieure à un certain seuil, par exemple 270 EUR pour divers contrats d’application de la loi d’Axa. De plus, vous n’initierez un test que si l’assureur estime que vous avez une chance raisonnable de succès. Toutefois, afin de prévenir les abus, l’article L. 127-4 du code des assurances prévoit: Cet article vous permet soit d’aller en justice avec des frais initiaux, que vous rembourserez si vous gagnez, soit de recourir à l’arbitrage aux frais de l’assureur (voir page 77).

Un avocat peut-il être poursuivi par une compagnie d’assurance devant un tribunal?

Non. L. 127-3 de la loi sur les assurances. Vous devez être libre de choisir votre avocat. Vous pouvez donc engager un avocat que vous connaissez déjà ou, si vous ne le savez pas, un avocat choisi par votre assureur. Ce libre choix est crucial, surtout si votre adversaire bénéficie de la même protection juridique que la vôtre, ou si le litige est, par exemple, contre un assureur automobile alors qu’il est dans le même groupe que son assureur. protection juridique. Cependant, la liberté de choix est indirectement limitée par le fait que les honoraires d’avocat ne sont couverts que jusqu’à un plafond, qui dépend de votre contrat et du type de procédure que vous avez. En même temps (voir p. 79), il y a une réelle différence entre ces barèmes et les honoraires généralement facturés par les avocats sans être une star en général. Les associations de consommateurs et les organisations d’avocats critiquent fortement ce point. Et ce coût supplémentaire des primes impayées explique probablement en grande partie le fait que les assureurs disent que 75% de leurs clients appellent l’un des avocats qu’ils proposent. Dans ce cas, l’avocat avait en fait préalablement accepté la taille de l’assureur; par conséquent, en principe, le client ne paie pas.

Comment les frais juridiques sont-ils couverts en dehors des frais juridiques?

Parfois, afin de résoudre un conflit de manière pacifique, certaines mesures, comme un rapport exécutif ou l’expertise d’un véhicule, doivent être prises. Si l’assureur s’engage à accélérer ces activités, il couvrira leurs frais. En cas de litige, si vous venez avec le consentement de l’assureur, ou si une attaque commence, les frais sont également couverts dans certaines limites. Le coût total du litige (y compris les honoraires d’avocat) ne peut dépasser le plafond compris entre 15 000 EUR et 100 000 EUR selon le contrat. Des sommes qui paraissent élevées, mais certaines réclamations pour mauvaise exécution ou responsabilité médicale, peuvent entraîner des coûts très importants, notamment en matière d’expertise. De plus, elles prévoient parfois un seuil inférieur: 3 348 euros, par exemple en cas de litige sur l’héritage, l’adoption ou l’origine du contrat de Juri-Quiétude (protection juridique d’Axa). De plus, si vous gagnez le procès, les frais devront être payés à l’avance à votre adversaire, votre assureur, afin que vous soyez récompensé pour vos progrès. En revanche, si vous le perdez, l’assureur n’acceptera pas les sommes qu’il vous versera: capital (par exemple, le montant de l’objet du compte contentieux en contentieux), pénalités ou intérêts moratoires, dommages et intérêts, amendes… à ses frais. Cependant, si votre adversaire vous a poursuivi, certains contrats (tels que la Protection Juridique de la Confiance de Protexia, le Judicio de l’Assistance) prévoient que vous supporterez les frais en cas de perte de votre procès. remboursement à l’adversaire. Enfin, si vous avez initié la procédure à vos frais, sur les conseils de l’assureur, les frais (honoraires et frais de justice) seront entièrement à votre charge si l’issue est défavorable.

Quels points faut-il vérifier avant de sélectionner un contrat?

Tout d’abord, mettez en évidence les domaines couverts. Pour éviter la sous-assurance (c’est-à-dire, comme nous l’avons vu, en option pour les défauts ou autres assurances), vous devez vous adapter à votre situation personnelle, comme la surassurance: si vous ne prévoyez pas de construire ou d’agrandir votre maison, ou si les problèmes de divorce ne vous affectent pas, le contrat de base peut être suffisant. Vous pouvez alors à tout moment opter pour des garanties ou un contrat plus complet si la situation change, par exemple lorsque vous investissez dans l’immobilier et devenez, par exemple, propriétaire. De plus, un bon contrat doit prévoir une structure d’avocat réaliste, clairement présentée et indexée, afin que les montants garantis ne deviennent pas obsolètes dans quelques années (par exemple, pleins droits du Crédit Agricole, cette indexation est omise). . Au lieu de cela, vous devriez préférer un contrat qui garantit le paiement direct des frais d’avocat par l’assureur, évitant ainsi le paiement d’une avance ou garantissant au moins un remboursement rapide (12 jours dans le contrat Serenice, DAS, ou 4 semaines à l’EPJ La commission des clauses abusives (recommandation 02-03, cas individuel 956, p. 16) critique également les dispositions permettant à l’assureur de refuser d’accepter le litige. Dans tous les cas, évitez les contrats pour couvrir les frais de contentieux trop faibles (moins de 15 000 €), et les contrats qui, en cas de perte, couvriront une partie des frais de contentieux. vous voulez changer, vous préférez être un ol yan produit, qui exempte les garanties existantes de la période d’attente (cependant, ce n’est que pour un moment, expressément fourni par Proteiance de Confiance).
Mais quel que soit le contrat que vous choisissez, veuillez noter que cela ne garantit pas une solution favorable à tout litige qui pourrait survenir ou, dans certains cas, le paiement intégral des frais. Au contraire, elle joue un rôle dissuasif sur l’opposant, même si la question du conflit suggère que la procédure ne vaut pas la peine. Un tel contrat peut faire gagner du temps, parfois en évitant la nécessité d’un organe de conciliation ou d’un médiateur. Et, dans les cas les plus graves, le coût de la négociation est réduit à zéro au mieux, à une réduction significative au pire. Enfin, une fois que vous avez signé un tel contrat, n’oubliez pas de résilier tous les contrats existants qui ne sont plus nécessaires ou de fournir des garanties de protection juridique dans la mesure du possible.

Qui perçoit les dommages et intérêts pour les honoraires d’avocat

Si vous gagnez le procès, le juge peut vous accorder des dommages et intérêts spéciaux pour rembourser l’avocat (en vertu de l’article 700 du Code de procédure civile ou équivalent devant d’autres juridictions). En vertu d’un accord de protection juridique, ces montants ne vous sont remboursables que pour la partie des frais que vous avez personnellement engagés. Exemple: votre avocat a reçu 2 000 $, y compris les 1 000 $ que vous avez payés. Nous vous allouerons 800 € au titre de l’article 700: ce montant vous est entièrement dû et sera finalement de 200 € à vos frais. Si le tribunal accordait 1 200 €, vous recevriez 1 000 € et l’excédent serait à la charge de l’assureur.

Pour plus d’informations, voir Protection juridique: qui doit la retirer?

Grandes entreprises vendant des contrats de protection juridique intégrale

– Assistance juridique (Azur Collateral & GMF) Tél: 0820 809 809 www.gmf.fr & General Agents Azur Collateral

– Protection Juridique Européenne (Generali France): Tél: 01 58 38 65 60 www.epj-assurances.com

– Protexia (AGF) Tél: 01 42 97 11 11 www.protexia.fr

– Protection juridique d’Axa et Juridica (Axa) Tél: 01 30 97 90 00 www.axa.fr

– La Paix (Aviva) Tél: 01 55 50 80 00 www.la-paix.fr

– Protection automobile et sportive DAS (MMA): Tél: 02 43 47 54 00

Ajouts liés à cet article

[ad_2]