Business

Qu’est-ce que l’amortissement en économie ?

Avoir une bonne compréhension de l’amortissement fiscal et comptable est essentiel pour le succès d’une entreprise. Qu’il s’agisse d’investir efficacement ou de maintenir la valeur initiale des capitaux engagés, l’amortissement est indispensable.

Avec cet article, vous découvrirez comment l’amortissement peut être comptabilisé et appliqué à votre entreprise. Explorez avec nous les mystères de l’amortissement, apprenez ce qu’ils signifient et voyez comment ils peuvent vous aider à accomplir plus. Cet article révèlera toutes les subtilités des règles fiscales et comptables concernant l’amortissement. Allons-y !

Définition de l’amortissement en économie

L’amortissement est un concept financier et comptable qui désigne la perte de valeur d’un bien immobilisé due à l’usure du temps ou à l’obsolescence.

Définition en économie

Du point de vue économique, l’amortissement correspond à la constatation des avantages économiques attendus des immobilisations d’une entreprise. Les montants dépendent généralement du prix initial d’achat, des frais accessoires associés, ainsi que de toute autre considération spécifique à la catégorie de biens concernée.

Définition comptable

Du point de vue comptable et fiscal, cette dépréciation doit être compensée par un prélèvement sur les bénéfices (ou le bénéfice imposable) pour maintenir la valeur initiale des capitaux engagés dans l’entreprise.

Découvrez aussi :  La méthode DESC pour résoudre les problèmes de communication entre membres d'une équipe

Règles et conditions de l’amortissement fiscal

Qui peut bénéficier de l’amortissement fiscal ?

Toutes les entreprises disposant d’immobilisations amortissables peuvent bénéficier des avantages fiscaux liés à l’amortissement. Avant toute chose, il est indispensable que ces entreprises possèdent un réel patrimoine immobilisé destiné à soutenir leurs activités.

Quels sont les biens amortissables ?

Les principaux biens corporels susceptibles d’être amortis sont les matériels informatiques, les machines-outils, les moteurs industriels, les voitures utilitaires, etc., mais aussi les coûts liés aux brevets, logiciels et licences acquises par une entreprise.

Quels sont les taux d’amortissement ?

En ce qui concerne les taux applicables à chaque type de biens immobilisés et notamment ceux pris en charge par le crédit d’impôt pour modernisation, une distinction nette est faite selon qu’il s’agit de biens corporels ou incorporels (brevets et licences).

Les taux effectifs appliqués varient alors selon chacune des catégories fiscales et peuvent être révisés ponctuellement par arrêtés ministriels publiés au Journal Officiel (JO). Le taux normal applicable est linéaire ou dégressif suivant le type de bien.

Constatation comptable et fiscale de l’amortissement

Comment l’amortissement est-il constaté comptablement ?

Lorsque l’on acquiert un bien immobilisé pour une certaine valeur, celui-ci devra subir avec le temps une dépréciation qui sera prise en charge chaque année par les charges d’amortissements inscrites au niveau du compte de résultat et figurant sur le bilan comptable et fiscal.

Comment l’amortissement est-il constaté fiscale ?

La loi impose que les amortissements soient calculés selon un taux fixe et appliqués uniformement sur la durée estimée utile du bien concerné (dite durée d’amortissement). Un décalage peut être instauré entre le traitement économique et le traitement comptable. En effet, il est possible de ne pas tenir compte des amortissents mais plutôt continuer à investir afin que sa capacité productive reste stable voire croissante.

Découvrez aussi :  Calculer la rentabilité économique ROCE (Return On Capital Employed)

Avantages de l’amortissement

Comment l’amortissement permet-il de compenser la perte de substance des capitaux engagés dans l’entreprise ?

En fait, chaque annuité payée à raison des amortissements réalisés contribue non seulement à limiter la hausse du prix des biens consommables produits par cette entreprise, mais elle sert aussi à maintenir une capitalisation suffisante pour garantir son indépendance financière et sa survie future.

Par conséquent, grâce aux amortissements, une société peut éviter le risque financier associé à une surestimation de la valeur initiale des capitaux engagés et générale plus facilement des gains sur les avantages attendus des actifs dont elle dispose.

Après avoir découvert les mystères de l’amortissement fiscal et comptable, nous pouvons maintenant comprendre comment il permet de compenser la perte de substance des capitaux engagés dans l’entreprise. Cette technique comptable et fiscale est essentielle à la réussite financière d’une entreprise et à la préservation de ses intérêts à long terme. Les règles et conditions applicables aux amortissements sont complexes mais une bonne maîtrise leur permettra de grandement bénéficier votre entreprise.