[ad_1]

1 depuisst En janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé sont tenues de fournir une assurance maladie complémentaire à leurs salariés (loi 2013-504 du 14 juin 2013).

Résilier l’accord de groupe obligatoire possible uniquement dans des situations particulières, en cas d’annulation ou de licenciement.

Il est toutefois possible de résilier une assurance maladie collective (complémentaire) facultative à la date anniversaire du contrat.

Éliminer la négociation collective obligatoire lorsqu’elle est conclue

Depuis le 1er janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé sont tenues de fournir une assurance maladie complémentaire à leurs salariés (loi du 14 juin 2013, précitée).

Dès la signature de l’acte portant création de la mutuelle de l’entreprise, tous les salariés sont considérés comme membres. Cependant, vous pouvez quitter le contrat sous deux conditions (même si l’acte d’établissement ne le prévoit pas):

Si l’accord de réciprocité a fait l’objet d’une convention collective ou d’un référendum, ou s’il est entièrement financé par l’employeur, les anciens salariés seront obligés d’y adhérer. Ils ne peuvent résilier le contrat que si:

  • ils ont souscrit séparément une assurance maladie complémentaire;
  • faire plus de travail et recevoir une autre mutuelle obligatoire ou être couvert par un autre contrat commercial par le biais d’un bénéficiaire (conjoint, etc.);
  • bénéficier d’une solidarité santé supplémentaire (remplacement de l’AEC et de la CMU-C à partir du 1er novembre 2019);
  • ils ont un contrat à durée déterminée, un apprentissage ou un contrat à temps partiel pour une période de 12 mois (à condition que la contribution demandée représente au moins 10% de leur rémunération nette).

Retrait des conventions collectives obligatoires: licenciement et démission

La convention collective peut également être résiliée en cas d’adhésion obligatoire en cas de démission ou de licenciement.

En cas d’annulation

L’employé n’a aucune action pour mettre fin à la relation réciproque. La sortie a lieu automatiquement le jour du départ. Si vous démissionnez, le membre démissionnaire peut bénéficier des avantages de ce fonds commun de placement sur une base individuelle, mais doit payer les cotisations sans l’aide de l’employeur.

En cas de licenciement

Le salarié peut choisir de quitter la mutuelle pour adhérer à une prescription individuelle ou de conserver la mutuelle, même s’il est en période de chômage. Pendant cette période (jusqu’à 12 mois), l’ex-employeur et l’ancien employé continuent de payer leur part de l’allocation. La transférabilité s’arrête lorsqu’un ancien salarié trouve un emploi, cesse de cotiser ou est licencié de Pôle Employ.

Sortez d’un contrat d’entreprise avec l’adhésion facultative

Certains employeurs proposent une adhésion collective, également appelée « complémentaire », pour améliorer la rémunération de la santé de leurs salariés, par exemple pour couvrir les soins hospitaliers ou les emplois à forte charge de travail: optique ou dentaire.

Même si rien n’empêche l’employeur de contribuer financièrement à une assurance maladie complémentaire, les cotisations sont généralement payées par le salarié.

Bien que ce contrat soit signé par l’entreprise, il appartient à chaque salarié de décider d’en bénéficier ou non. L’adhésion est donc facultative. Ce paiement supplémentaire pourra être conservé à la date anniversaire du contrat s’il est signé.

[ad_2]