[ad_1]

Environ 170 millions d’euros: C’est le montant que le CHU atteindra des sociétés pharmaceutiques en 2018, selon un sondage réalisé par un groupe de journalistes régionaux qui rouvrira le débat sur les relations controversées entre médecins et laboratoires. Au total, plus de 1,36 milliard d’euros de dons, de compensations ou d’avantages ont été versés en 2018 à l’ensemble des professionnels de santé français, publics et privés, inclus dans la base de données de Transparency Health. créé par le scandale de la médiation qui rend obligatoire la déclaration des dons de plus de 10 $, selon un porte-parole du collectif Data Local.

Mais l’enquête de ce groupe de journalistes porte principalement sur les 30 000 praticiens répartis dans 32 CHU: plus de 92 millions ont été versés aux professionnels de santé travaillant dans ces institutions, environ 78 millions d’euros notamment aux hôpitaux et hôpitaux. pour les accords de formation interlaboratoires.

Le journal Sud Ouest a ainsi indiqué que le CHU de Bordeaux, qui recevra en 2018 près de 4,5 millions d’euros d’avantages et de récompenses pour ses aidants, figure parmi les trois premiers. « Les hôpitaux en France avec le personnel le plus associé dans les soins de santé ».
Y compris tous les dons et le soutien, « Nous atteignons 9,1 millions de dollars pour ce CHU », informe Frédéric Sallet de l’AFP, journaliste du Sud Ouest, qui déclare que les données récupérées de la base de données Transparency Health doivent être « nettoyées ».

En données brutes, non corrigées d’éventuelles erreurs, la base de données fournira aux CHU un total de 200 millions d’euros en 2018, souligne-t-il. De son côté, le quotidien Le Parisien s’est concentré sur l’AP-HP, qui regroupe 39 hôpitaux et a reçu 36,5 millions d’euros sur cette période, dont 26,5 millions d’euros pour les médecins.

« Recherche Clinique »

En Ile-de-France, le laboratoire suisse Novartis est le premier donateur à verser près de 2018 à l’AbbVie américain ou au français Sanofi.  » montants supérieurs à millions d’euros « Selon Le Parisien. En contactant l’AFP, Sanofi affirme que ces sommes sont essentiellement en ligne avec la coopération en recherche. « Les relations de travail entre les hôpitaux d’enseignement et les sociétés pharmaceutiques sont essentielles pour le développement et le test de nouveaux médicaments dans les essais cliniques », a indiqué la société dans un e-mail.

La même histoire pour Novartis qui nie le cadeau, « Ni grand ni petit »et affirme être le premier contributeur aux essais cliniques en France. « Il est impossible pour des entreprises comme Novartis de développer des médicaments efficaces et de répondre aux conditions drastiques de sécurité des patients sans établir des relations de travail étroites avec des professionnels de la santé dans le cadre de la formation hospitalière.« Le géant suisse a déclaré dans un courriel à l’AFP.

L’AP-HP, pour sa part, déclare que des progrès importants ont été réalisés dans la prévention des conflits d’intérêts ces dernières années. Le PDG Martin Hirsch, dans un courriel à l’AFP, appelle à un certain nombre de mesures, notamment des partenariats institutionnels avec des laboratoires « Éviter les paiements directs de l’industrie aux professionnels », « Gestion plus active de l’activité cumulée » les pratiquants, ou même l’interdiction « Visites promotionnelles individuelles dans l’industrie pharmaceutique et les dispositifs médicaux ».

La Transparency Health Database a été créée en 2014 à la suite du scandale Mediator, un médicament responsable de centaines de décès par les Laboratoires Servier, qui a mis en évidence les liens entre laboratoires pharmaceutiques et professionnels de santé.

Trente journalistes de Data + Local ont recoupé la base de données, critiquant souvent sa complexité, avec deux autres bases de données, la bibliothèque de la santé (qui répertorie les professionnels de la santé inscrits dans les bibliothèques nationales) et l’euro pour les documents, ce qui facilite l’accès et le décryptage des données de santé.
En France, quinze titres ont participé à l’enquête, dont La Montagne, les dernières actualités alsaciennes et Ouest France.

[ad_2]