Formation

Financement de formation quand on est fonctionnaire : tout savoir

Si vous êtes fonctionnaire, un projet de reconversion ou de perfectionnement de compétences peut vous motiver à suivre une formation. Pour vous aider, vous pouvez obtenir certains financements. On distingue de nombreux dispositifs destinés à régler partiellement ou totalement l’apprentissage. Quels sont ces dispositifs ? Quelles sont les conditions d’éligibilité à ces financements ?

Le compte personnel de formation (CPF)

Le compte personnel de formation (CPF) s’ouvre à vous dès votre entrée dans la vie professionnelle. C’est un dispositif de financement qui reste actif jusqu’à votre retraite. Il est crédité en heures par la Caisse des dépôts.

Les fonctionnaires à temps partiel ou plein bénéficient de 25 h par année de travail dans la limite d’un plafond de 150 heures. Pour les agents de catégorie C qui ne possèdent pas de diplôme ou de titre professionnel de niveau 3 (CAP, BEP), leur compte est crédité de 50 heures par an, dans la limite d’un plafond de 400 h. Grâce à ces heures, vous pouvez financer votre formation.

L’objectif principal du CPF est de donner à chacun les moyens nécessaires pour évoluer professionnellement. C’est pour cela que vous ne pouvez faire valoir vos droits au CPF que si votre formation a pour but d’acquérir des compétences reconnues (qualification, certification, diplôme). Par exemple, vous pouvez vous en servir pour faire un bilan de compétence ou une VAE (validation des acquis de l’expérience).

En tant que fonctionnaire, il est important d’avoir l’accord de votre employeur avant d’utiliser vos droits au CPF. Pour cela, vous devez adresser une demande auprès des ressources humaines deux mois avant la date de la formation.

Découvrez aussi :  Formation pour devenir kinésiologue : ce qu'il faut savoir

se faire financer formation fonctionnaire CPF CFP

Le congé de formation professionnelle (CFP)

Le congé de formation professionnelle (CFP) peut aussi vous aider à financer des formations en tant que fonctionnaire. Il vous permettra de faire progresser votre niveau de qualification et vos compétences professionnelles. C’est un congé de 3 ans au maximum. Pour toutefois bénéficier de ce dispositif, il est obligatoire d’avoir 3 ans d’ancienneté dans la fonction publique.

Pour obtenir l’autorisation d’arrêter votre travail pour suivre une formation, vous devez avoir l’accord des autorités compétentes. Selon la fonction dans laquelle vous travaillez, le délai de demande peut varier. Par exemple, si vous êtes dans la fonction publique hospitalière, vous devez formuler votre demande minimum 60 jours avant la date de la formation.

Pendant la première année de formation professionnelle, vous recevrez une indemnité mensuelle forfaitaire à hauteur de 85 % du traitement brut. Le montant de l’indemnité est fixé à 2 712,56 € brut par mois au maximum.

La période de professionnalisation

La période de professionnalisation permet à un fonctionnaire d’alterner entre une formation et son travail. Elle vous aide donc à acquérir d’autres compétences nécessaires dans votre domaine ou dans un autre secteur. Le plus souvent, de nombreux fonctionnaires utilisent ce dispositif dans le cadre d’une reconversion professionnelle. La période de professionnalisation peut durer entre 3 mois à 12 mois.

Demander à bénéficier de ce dispositif peut être de votre propre initiative ou de celle de votre employeur. Pendant cette période, votre salaire est maintenu. De plus, vous pouvez faire valoir vos droits au CPF pour financer votre formation durant la période de professionnalisation. Votre employeur peut aussi prendre en charge les frais liés à votre apprentissage si c’est lui qui vous l’a proposé.

Découvrez aussi :  Comment le BTS GPME prépare à la polyvalence professionnelle ?