Formation

Qu’est-ce que l’agence nationale du développement professionnel continu ?

L’ANDPC (l’agence nationale du développement professionnel continu) assure, améliore et organise le développement professionnel continu des personnels paramédicaux et médicaux en France. En tant que professionnel de santé, la loi exige que vous vous formiez tout au long de votre carrière en suivant un parcours de DPC (développement professionnel continu), établi selon le plan national de formation. Quel est le rôle de l’ANDPC ? Comment fonctionne-t-elle et quelles sont les lois qui l’encadrent ? Découvrez ici l’essentiel à savoir sur l’agence nationale du développement professionnel continu et son mode de fonctionnement.

L’agence nationale du développement professionnel continu ou ANDPC

Elle est chargée du suivi, de l’avancée et de la mise en pratique du développement professionnel continu, qui est obligatoire pour tous les personnels du secteur de la santé. L’ANDPC est né d’un partenariat entre l’UNCAM (l’union nationale des caisses d’assurance maladie) et l’État. L’agence intervient à divers niveaux et s’occupe du pilotage de l’ensemble du dispositif de développement continu pour les tous les professionnels de santé (hospitaliers, libéraux et salariés) en France.

Si vous le souhaitez, vous pouvez en savoir plus sur l’agence en consultant les sites spécialisés dans la formation des professionnels de santé. Ayant succédé à l’OGDPC, l’ANDPC doit contribuer à l’amélioration des pratiques professionnelles, principalement dans tout ce qui a trait à la prise en charge du patient. Cette réforme rend obligatoire pour les professionnels de santé, la justification de leur engagement dans une démarche DPC pendant une période de 3 ans. On parle d’obligation triennale de la formation DPC.

Découvrez aussi :  Suivre une formation sans titre de séjour : est-ce possible ?

personnel médical professionnel de santé

Quel est le rôle de cette agence ?

Depuis 2016, c’est à l’ANDPC qu’incombe la responsabilité de coordonner les organismes de formation. L’agence est chargée d’évaluer les structures et les organismes qui proposent des formations aux professionnels de la santé. Elle s’assure de la qualité pédagogique et scientifique des informations constituant les différents programmes.

Elle rédige et publie les guides de bonnes pratiques à destination de tous les professionnels de santé. L’agence assure également le suivi de la prise en charge (constitution des demandes, des dossiers, financement auprès des professionnels et des organismes, etc.). Le rôle de ce groupement d’intérêt public est aussi de mesurer l’impact du dispositif DPC et d’identifier les pistes d’amélioration.

Il est chargé de tenir informés les professionnels, les employeurs et les organismes de l’existence et du mode de fonctionnement du dispositif. Dans la formation, les missions de l’ANDPC se sont élargies au fil des ans pour englober aujourd’hui un ensemble complexe de mesures et de pratiques à respecter pour les professionnels de la santé exerçant sur le territoire français.

Comment fonctionne l’agence nationale du DPC ?

Plusieurs instances s’organisent au sein de l’ANDPC pour faire fonctionner le dispositif.

L’assemblée générale

Elle assure le pilotage de l’agence pour tout ce qui concerne les activités, le budget, les contrats, les objectifs, les marchés de prestations ou encore les conventions avec les organismes. Cette assemblée générale est composée des membres fondateurs que sont l’UNCAM et l’État.

Le comité éthique

L’agence intègre aussi un comité éthique dont le rôle est de prévenir les dérives potentielles et les conflits d’intérêts. Ce comité veille à l’indépendance complète des organismes de formation. Il est essentiellement composé de professionnels du droit et de la santé.

Découvrez aussi :  Comment choisir la bonne formule de cours de langue selon vos besoins professionnels ?

Le HCDPC (le haut conseil du développement professionnel continu)

Il a principalement en charge les orientations pédagogiques et scientifiques. Il définit les différents critères d’évaluation des différentes actions de DPC et coordonne les travaux des CNP (conseils nationaux professionnels). Le conseil propose aussi un plan annuel d’évaluation et de contrôle des divers organismes de formation. Il évalue l’impact qu’ont les programmes DPC sur les pratiques des professionnels. Le HCDPC se compose de représentants CNP, de la HAS (haute autorité de santé), de confrères, de syndicats, de différents ordres, des employeurs et des universités.

Les CSI (commissions scientifiques indépendantes)

Elles travaillent en étroite collaboration avec le HCDPC et évaluent les différentes actions de DPC. Les personnes qui constituent cette commission sont des professionnels de santé ayant l’expertise nécessaire pour effectuer des évaluations pédagogiques.

Le conseil de gestion (CG) et les sections professionnelles (SP)

Le conseil de gestion s’occupe de l’attribution de l’enveloppe budgétaire en assurant le suivi et en déterminant la répartition. Ce conseil est constitué de représentants des sections professionnelles et des membres de l’AG.

Quant aux sections professionnelles, leur rôle est de gérer l’enveloppe budgétaire attribuée par le CG. Les sections professionnelles sont composées par les représentants des organisations syndicales des différentes professions concernées.

Le DPC : qui est concerné ?

L’ANDPC gère aujourd’hui environ 400 000 comptes de personnel de santé. Ces derniers pourront suivre une des 11 000 actions de développement professionnel continu proposées par l’agence. La mise en place du développement professionnel continu concerne l’ensemble des professionnels du secteur de la santé (les libéraux, les hospitaliers, les salariés). Parmi les métiers concernés, on peut citer :

  • Les médecins,
  • Les assistants dentaires,
  • Les aides-soignants,
  • Les kinésiologues et les audioprothésistes,
  • Les chirurgiens-dentistes,
  • Les infirmiers diplômés d’État (formation d’infirmier),
  • Les masseurs-kinésithérapeutes (formation continue kiné),
  • Les orthophonistes,
  • Les orthoptistes.
Découvrez aussi :  Comment s'appellent les plateformes qui proposent des formations en ligne et ouvertes à tous ?

L’ANDPC est encadrée par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016 et la loi HPST du 21 juillet 2009 (Hôpital, Patients, Santé et Territoires).